Recherche
Mots clés:
Accueil
Amis lecteurs du blog, 1 juillet 2014


"Cela fait cinq ans maintenant qu’avec l’aide logistique inépuisable de mon ami Alain Forest, j’ai entretenu de façon permanente sinon régulière avec vous, lecteurs de mon blog, un dialogue qui doit représenter quelques centaines de pages ...!
Avant que l’usure n’ apparaisse,  nous allons arrêter ce mode de communication pour poursuivre cette dernière  sous d’autres formes. 
Vos réactions toujours franches et directes m’ont soutenu et permis d’améliorer sans cesse la connaissance de notre communauté. 
Soyez remerciés pour votre fidélité : nous restons en contact !"

Luc Boyer
Université de Paris- Dauphine et Caen

Dernière mise à jour : ( 29-06-2014 )
Activités au 28 décembre 2013
“J’ai donc 80 ans. Un homme âgé n’est qu’une chose misérable à moins que son âme chante”(Des Hommes et des Dieux) .
Je relis le récit des moines de Tibhirine : le texte (avec les photos du film ) ne déçoit pas : on ressent cette même émotion.
ll faut parfois peu de choses pour apporter un peu de joie ; le 24 décembre vers minuit- alors que nous étions réunis comme le veut la tradition - deux de mes petites filles se sont discrètement  éclipsées pour aller distribuer à des sans abris un peu du repas que nous partagions. Ce n’était vraiment pas un exploit ...
Je viens d’être élu au Comité directeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale ) Les questions de géostratégie ou de géopolitique m’ont toujours vivement intéressé... et je retrouve un de mes thèmes de recherche récurrents : la prospective.
Le denier livre de la série des “Tous... “, coordonné par notre ami J.M.Peretti “Tous solidaires” vient de sortir chez Eyrolles : nous avons été nombreux à écrire un chapitre ! On trouvera dans la marge la photo de la première de couverture.
Je termine mes 5 mois de suspension de permis de conduire, avec la nécessité de passer un certain nombre d’épreuves: dur, dur ! 
Un déplacement à Oran annulé (congrès) : tristesse  (toute la branche paternelle de ma femme y est enterrée ... et j’ai passé de longs mois dans l’Oranais) 
Le livre de gestion (papier ) souffre.  Les tirages doivent être étudiés au plus serré ... et malheureusement le virtuel est loin de remplacer . Les habitudes de lecture me semblent changer en profondeur.  Nous reviendrons sur ce thème : que va devenir la lecture? 
L’Université de Paris-Dauphine m’a demandé d’être rapporteur d’une thèse : cela fait partie des charges (non marchandes ) normales ,mais quel travail ! 
J’ai du mal à convaincre (en fait , je n’y arrive pas ! ) certains de mes collègues d’éviter d’organiser des congrès (c’est surtout vrai pour les RRH ) au loin ... nous ne sommes pas des labos pharmaceutiques et cela passe de plus en plus mal . 
Une journée d’animation auprès de cadres dirigeants sur l’épistémologie : il y a tant de chemin à faire pour progressivement s’éloigner de cette pensée cartésienne, de cette tyrannie de ”la vérité “(sans pour autant tomber dans le relativisme ) et intégrer la phénoménologie .
On trouvera en pièce jointe un texte sur le thème délicat de l’engagement des salariés .
Tous mes vœux  à chacun d’entre vous et gardons espoir ! 
Luc Boyer
Dernière mise à jour : ( 28-12-2013 )
Activités au 28 septembre 2013
- Encore une soutenance , ce jeudi 26 septembre , à l’Université d’Aix-Marseille plus précisément à Aix en Provence( cette Université est la plus importante de France avec plus de 70 000 étudiants : je ne sais si une recherche a été faite sur l’impact de la taille sur la “valeur ajoutée “ d’une Organisation comme cette grande Université ; ce pourrait être un beau sujet de thèse !  je suis volontaire pour co-encadrer une telle recherche ...) Cela demande pour un rapporteur “normal “ comme mois un investissement total d’au moins huit jours ... évidemment gratuitement . La gratification de cet engagement est ailleurs : le contact maintenu avec ces “jeunes “ chercheurs et leur sujet de recherche , la rencontre toujours stimulante avec les collègues... Je constate que progressivement le coté formel de la soutenance revient fortement . Ceci est bien normal ne serait-ce que pour célébrer dignement le succès d’un parcours difficile (le plus souvent 3 à 5 ans de rude travail) qui démarre souvent une nouvelle carrière. 
- Mon très ancien ami et collègue –Jean-Marie Peretti- se dévoue toujours sur le front des associations. Il en est ainsi de l’IAS (Institut international des auditeurs sociaux) , dont je suis un des Vice-Présidents . Cet Institut , pas assez connu ,  remplit pourtant un rôle fort utile dans son souci permanent de qualifier et surtout essayer de quantifier la dimension sociale des Organisations. Ses congrès (environ deux fois par an) sont l’occasion d’échanges internationaux de belle qualité .    
- Plusieurs réunions de travail sur le thème de la progression du numérique par rapport à l’édition écrite qui s’efforce de résister au mieux . On a du mal à y voir clair sur un horizon d’une dizaine d’années . Les habitudes de lecture changent progressivement : internet bouleverse les donnes , proposant des accès directs, des résumés , des liens divers ... en un mot prépare grandement le travail du chercheur ou du simple curieux. Quelle sera “la valeur “ (marchande) de la production écrite dans quelques années ? 
Nos amis de CAIRN sont en train de nous montrer un peu comme des précurseurs les voies que nous devrions emprunter. 
- Une contribution sur un thème qui m’est cher : celui du risque . Dans quelle mesure le principe de précaution qui se généralise (les exemples sont nombreux) pourrait-il déboucher sur un fort ralentissement de l’innovation ( c’est à dire la mise en application des inventions)   ? On trouvera dans  Publications/ Etudes) un texte sur ce thème
-Bon automne à tous . 
Dernière mise à jour : ( 28-09-2013 )
Activités au 16 aout 2013
Un point pendant ce temps où tout –ou presque tout -s’arrête  en France : le fameux 15 aout.
Fêtes laïques et religieuses se bousculent pour lesquelles une bonne proportion de français  ne retiennent que la possibilité de prendre un jour de congé et, espèrent-ils souvent, de faire un de ces fameux ponts … La signification de ce type de jours  si « intéressant »  n’a plus guère d’importance : le ou les jours de congé deviennent objet de mémoire. 
Cela me choque un peu quelque part … J’aurai tendance à proposer –tant une communauté se forge dans la mémoire -un seul jour consacré à notre histoire –ancienne ou récente -  où chacun pourrait trouver sa place et qui essaierait de  réunir dans un passé et un futur largement partagé les fondamentaux de ce qui constitue notre histoire, notre culture et ses valeurs  et si possible notre vision de l’avenir… Utopie : pas si sur ! 
Ce mois d’aout permet –c’est parfois un peu dur- de traiter les dossiers restés en suspend : ce qui est urgent n’est pas forcément le plus important !  
Par exemple,  j’ai repris cet ancien thème du risque (jusqu’où le risque est-il acceptable sur l’autel du progrès ?  … et pourtant chacun sait qu’il n’y a pas progrès sans risque, même s’il me semble qu’une tendance -écologique ?- semble privilégier le non-risque à tout progrès…) Un essai, proposé en pièce jointe,  essaye d’apporter une contribution sur ce thème (cliquer pour consulter le document)
Voilà, une nouvelle fois, « bouclé » ce grand bouleversement occasionné par l’organisation, la correction –et la préparation – de ce mythique baccalauréat. On m’a demandé un petit texte « critique » sur ce monument (plus de 200 ans !)  Je me permets de vous le proposer à la réflexion en pièce jointe : on sent –chacun d’entre nous ou presque – combien ce diplôme dans son processus actuel est devenu anachronique : examen d’ascenseur social, de fin d’études secondaires, d’entrée dans le supérieur, d’entrée dans la vie active …, bien audacieux celui qui défendrait l’une ou l’autre de ces options (cliquer pour consulter le document)
De fait, comme j’essaye de l’expliquer dans la pièce jointe, le bac « la centaine de bacs »ne joue que partiellement ce rôle d’ascenseur social que J.P. Chevènement souhaitait tant. Certes les 80 à 90 % de réussite (redoublants compris) au bac semblent le désigner plus comme un certificat de fin d’études que comme un passeport pour l’avenir. D’où le principe de « la double peine » qui se met en place « tu dois réussir ton bac ET l’examen ou le concours d’entrée dans le supérieur –à moins bien sur –et ils sont nombreux – que ton bac technique ou pro te permette d’intégrer la vie active »
Le livre (de gestion) se vend moins bien ; est-ce conjoncturel ou structurel ? Un peu des deux probablement. Je suis de ceux qui –tout en le regrettant – pense que la lecture des livres de réflexion (par exemple de gestion), de transfert de connaissances sont sous la contrainte d’un trend négatif. 
La concurrence des autres media est vive et la loi du moindre effort pousse à d’autres voies d’acquisition de connaissances, moins exigeantes. 
 La forme du livre peut et doit évoluer : certains pourront le regretter ; c’est sans doute à ce prix que le livre de gestion résistera. 
Le lundi 8 juillet a eu lieu dans les locaux de l’IGS le prix de la meilleure thèse et du meilleur mémoire, en liaison avec le thème de la RSE. Je crois que ce type d’initiative dont le but est, en partie, de faire connaître par des publications « publiques » les travaux de chercheurs, avec la complicité d’Editeurs comme EMS (Editions Management et Sociétés) 
Le lundi 1 juillet, à Caen, a eu lieu la treizième journée (déjà !), réunissant comme d’habitude des Institutionnels (le Maire de Deauville… )des Chercheurs (le Professeur Maffesoli … )et des  Professionnels  . Ce fut l’occasion de débattre d’une prospective relativement peu abordée : celle de la ville de demain. 
Une centaine de personnes –un « noyau dur  » qui nous accompagne depuis tant d’années – ont pu échanger dans une ambiance très conviviale d’un thème qui devient très actuel. 
Bonnes fin d’été à tous 
Luc Boyer

Dernière mise à jour : ( 28-08-2013 )
ACTIVITES AU 10 JUIN 2013
C’est triste quelque part de vieillir ( De Gaulle eut ce mot terrible “la vieillesse est un naufrage..”) : on voit ses maîtres / amis disparaître comme si une part de soi-même disparaissait aussi . 
Michel Crozier était de ceux-là . 
Sa disparition, presque dans l’anonymat , est –à l’exemple de sa vie- toute en retenue, en discrétion alors même que ce fut un des plus grands sociologues de ces 50 dernières années . 
J’ai eu la chance –comme bien d’autres – de travailler avec lui : j’ai acquis la conviction au cours de ces 30 ans de compagnonnage que chez lui le fond l’emportait toujours sur la forme. Il n’avait pas envie –du moins de ce que j’en ai perçu –de paraître mais tout simplement d’être et de faire partager ses idées. Des centaines d’étudiants et de stagiaires se souviendront, peut-être, que la connaissance des écrits de Michel Crozier étaient un passage incontournable dans l’apprentissage de la sociologie, de la gestion ou de l’économie.  Je me permets de constater que sa disparition n’a peut-être pas eu l’écho que ses élèves et compagnons espéraient. Nous retiendrons parmi bien d’autres apports sa dénonciation de la bureaucratie (Tocqueville? ) “cette administration omniprésente... s’occupe de tout et ... sait toujours mieux que les citoyens ce qui leur convient , étouffe leurs initiatives ... et engendre ... les problèmes qu’elle devra finalement résoudre“.
 
J’ai eu l’occasion d’écrire combien j’étais attaché à l’IAS ( Institut international des auditeurs sociaux , dont je suis Vice-Président ) : j’ai beaucoup regretté de ne pouvoir être au congrès de Zadar (Croatie ) ; je me suis permis de signaler que les congrès un peu exotiques étaient –peut-être –décalés par rapport aux contraintes actuelles. 
L’heure est au regroupement des “Ecoles “de gestion : qui pourrait s’y opposer ? La question est la capacité à entraîner par ces regroupements une nouvelle dynamique et ne  pas se contenter d’une (éventuelle ! ) économie de gestion !   
 
L’animation (et la coordination ) de séminaires dans le cadre de l’Executive MBA de l’IAE de Caen reste un exercice difficile , tant le niveau des participants augmente régulièrement et tant je suis de plus en plus confronté au paradoxe (dilemme ? ): répondre à des attentes (? ) de culture générale ou délivrer (la pression est forte ) des méthodes ou outils de “résolution” de problèmes . 
 
Nous préparons -surtout Aline Scouarnec- notre 13° rencontre (déjà! )sur la prospective des métiers(de la ville de demain )  qui se déroulera à Deauville (Villa Le cercle ) le 1 juillet 2013: venez nombreux le programme et les participants attendus devraient retenir votre attention. 
Dernière mise à jour : ( 12-06-2013 )
Activités au 11 Mai 2013
Une trop longue période de silence depuis ma dernière mise à jour ; bien sur , j’ai toutes les bonnes excuses (soucis familiaux, déplacement à l’étranger , quelques bonnes (?) feuilles à écrire, plus ou moins sur commande... ). Merci de votre compréhension.
Aujourd’hui , le 8 mai : je me demande quelle est sa signification pour les jeunes générations ? je ne parle pas de ceux –minoritaires- qui apprennent l’histoire récente pour passer des concours (Sciences Po , par exemple ) comme on apprend le grec ancien ...
Je suis de ceux (sans doute minoritaires ) qui pense qu’une grande fête nationale (deux au maximum ) pour perpétuer ou ancrer une certaine mémoire des événements historiques récents ( tout le monde sait qu’avant 89 , la France n’existait pas... )  serait surement suffisante... et ne pas se réduire “à faire des ponts! “ (je n’ai évidemment rien contre les ponts ... ou les aqueducs , respiration pour un grand nombre de salariés)
Un mot sur “”l’édition”: l’édition des livres de management n’est pas en croissance , loin de là!
Probablement deux raisons principales : la “crise “ qui entraîne des budgets en décroissance et la concurrence du média électronique .
C’est quelque part dommage même si je peux comprendre que le “virtuel “apporte un service pratiquement équivalent au “papier “: j’ai dans ma bibliothèque personnelle , je ne sais , environ 2 à 3 000 ouvrages : cela n’a pas beaucoup de sens, si ce n’est le plaisir d’avoir l’impression d’être entouré de compagnons prêts à m’accompagner .
Au delà du constat –la diminution faible mais régulière de la place du livre et de la lecture (alors même que l’offre n’a jamais été aussi abondante )- se pose (à court ou moyen terme ) la question de la place du livre comme media de transfert de connaissances : j’ai personnellement du mal à imaginer un monde sans lecture (sans face à face entre le lecteur et l’auteur ... ) et pourtant la tendance est là ...
Comme Éditeur associé, je dois constater que les éditeurs sont confrontés à ce problème très difficile : celui du management du transfert partiel du “réel “ vers le “virtuel “: où va se faire , se créer la valeur ajoutée , comment vont se répartir les marges ?
J’ai depuis tant d’années – je n’ose pas avouer le nombre de dizaines ... !- accumulé tant de liens avec le Maroc que j’ai l’impression (forcément un peu abusive ) d’être un peu dans une deuxième patrie tant il est relativement facile de partager ces valeurs de respect , de tolérance , de confiance réciproque accordée même si des tensions –ici ou là –sont perceptibles.
Je suis au Maroc au moins une fois par mois ... et cela  depuis tant de temps ! Même si le contexte devient plus difficile , mon amitié pour ce peuple , son histoire ( je j’ai partagée pour une part depuis 50 ans ...) reste intact . Je sais pertinemment que son équilibre est fragile dans un environnement déstabilisant , mais j’ai envie (naïvement ? ) de faire confiance  au management du Royaume (certes parfois contesté ) et à la sagesse des marocains pour rester cette exception –ou presque- dans l’ensemble africain.
Une conférence m’a conduit à formaliser (un peu ! ) le concept de “contrat social”; on trouvera dans la rubrique “Publications / Etudes “ quelques notes sur cette intervention.
Une autre intervention m’a conduit à actualiser (si je peux me permettre! ) le concept de contrat social , pour la revue “Qualitique “: on trouvera, toujours dans “Publications /Etudes“, le document correspondant).
Dernière mise à jour : ( 11-05-2013 )
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 7 sur 36

Menu Principal
Accueil
Actualité
Enseignement
Expertise internat.
Prospective
Publications / Etudes
Ouvrages
Recherche
Revues
CV
- - Pratique - -
Contacts
Chercher sur le site
Liens
Favoris
Ajouter site aux favoris
Ajouter page aux favoris
Page par défaut
Imprimer la page
Inscription
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
En ligne
Il y a actuellement 2 invités en ligne
Articles associés
Copyright 2005-2010 Luc Boyer tous droits réservés
Réalisé avec Mambo, logiciel libre, distribué sous la licence GNU/GPL